Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

11 articles avec humeurs

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Publié le par Angelita

Surtout, surtout, ne me jetez pas la pierre. Ne pensez pas que je considère mon chien comme un humain, ou comme un enfant : ce n’est pas le cas. Mais sincèrement, ça change bien des choses dans nos vies de prendre un animal de compagnie. J’avais envie d’en parler un peu avec vous, car aujourd’hui ça fait un an que Bambina a rejoint notre foyer.

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Je ne suis plus jamais seule

C’est bête, mais ça a son importance. Je ne vis pas seule, mais avec mon compagnon. Mais même quand il n’est pas là, il est plus difficile de faire comme avant : c’est-à-dire de pousser la musique au maximum, de se croire seule au monde et de danser comme une folle (ce qui a toujours été mon activité favorite lorsque je suis seule). Non. Maintenant, un chien voudrait danser avec moi. Mais bien sûr comme il ne sait pas vraiment danser, il se contenterait de me courser dans l’appart, sautant de-ci de-là de manière hystérique. Du coup, je ne danse plus (évitant ainsi à mes voisins du dessous mes « boumboums » des pieds, et les dérapages incontrôlés de Bambina sur le parquet).

Je ne fais plus non plus uniquement ce que je veux quand je suis seule. Je dois m’occuper de ce petit animal qui demande de l’attention. Des fois, je trouve ça contraignant, on ne va pas se mentir. J’aurais envie d’être seule et de ne calculer rien ni personne. Bambina se manifeste souvent pile poil à ce moment-là avec un objet dans la bouche pour jouer.

Mais le mini-agacement que je peux ressentir se dissipe quand elle vient poser sa petite tête sur moi…

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Je marche bien plus, et à des heures tardives

Ça, c’est sûr qu’un chien, il faut le promener ! Je le savais, je le fais. Du coup j’ai bien augmenté mon nombre de pas au quotidien, je marche beaucoup, ce qui est carrément positif (vive les applications podomètres). Mais je sors aussi plus tard que d’habitude (en même temps qu’aurai-je fait seule, à 22h00 dans la rue sinon ? aucun intérêt). Et j’apprécie la sérénité de mes sorties matinales ou nocturnes. Le calme dehors, ce petit moment avec mon chien, se vider l’esprit en la regardant sauter dans les feuilles automnales. Ça fait un bien fou et une vraie coupure dans ma vie parfois à 100 à l’heure.

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Des inconnus me parlent

Alors ça, vraiment, ça a été ce qui m’a le plus étonné. D’ordinaire, quand je me balade, personne ne m’adresse la parole. Eh oui, on ne s’intéresse pas à moi ma ptite dame. Et on m’a même déjà dit que je n’avais pas un visage sympathique : why not, je constate moi-même que je n’ai pas les traits les plus friendly du monde.

Mais alors, comment ça se passe, quand on a un bouledogue français au bout de la laisse, tout de suite on a l’air beaucoup plus sympa ? Parce que maintenant on me dit bonjour, on me demande si je vais bien, on me sourit, on me parle. Quel comportement étonnant. Personnellement, moi, en bonne sauvage, et à part mes voisins pour essayer d’entretenir des relations les plus sereines possible, je ne calcule personne, petit chien mignon ou pas petit chien mignon au bout du bras.

Du coup ça me déroute toujours ce changement de comportement chez les gens (car dès que je sors seule, je perds visiblement de nouveau tout intérêt aux yeux des gens, et de nouveau je ne suis plus qu’une inconnue perdue dans la masse).

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Je ne suis plus seule maitresse de mon planning

Clairement, sortir à 20h00 et se dire que finalement on va dormir ailleurs et revenir que le lendemain après-midi à la maison, ce n’est plus possible. Mon chien ne sachant pas s’autogérer (le bougre !), il faut assurer un minimum de présence pour le sortir, le nourrir, lui donner à boire, et surtout un peu d’amour <3

Donc les week-ends organisés en dernière minute, les nuits en dehors du domicile : c’est terminé ! Personnellement pour ce qui est des sorties jusqu’à plus d’heure, ça ne me manque pas, car j’en ai profité à une certaine période de ma vie, et aujourd’hui ça ne me tente plus trop. Par contre, j’avoue que pour les week-ends, c’est plus chiant. On doit toujours voir qui pourrait nous garder le chien, aller le déposer (et ce n’est pas forcément à proximité de chez nous), donner tous ses papiers au cas où… Enfin bref, une organisation qui ne permet pas trop de faire les choses « à l’arrache ».

Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Voici pour les bouleversements principaux depuis que la petite Bambina est entrée dans notre vie. Prendre un chien c’est effectivement un engagement, qui doit être réfléchi car forcément votre quotidien sera modifié. Mais personnellement, et malgré les côtés parfois contraignants, je ne regrette cependant pas du tout d’avoir accueilli Bambina. Et ceci parce que :

  • Elle me fait toujours la fête quand je rentre le soir. Et ça, quand on a passé une longue journée, voir un petit animal si heureux de nous voir, ça met du baume au cœur
  • Elle me fait rire quand elle a ses quarts d’heure de folie et court partout comme si notre appartement était un terrain de motocross semé d’embuches (alors que pas du tout en fait, avec un chien à la maison il n’y a plus rien qui traine par terre)
  • Elle est quand même trop choupinette quand elle vient réclamer des câlins. Et encore plus quand elle sent que je ne suis pas bien et qu’elle vient d’elle-même se mettre sur moi avec ses grands yeux globuleux
  • Et pour beaucoup d'autres raisons encore <3
Un an avec mon chien : ce que ça a pu changer dans ma vie

Enfin bref, c’est ma Bambinouche à moi.

Et vous alors, vos animaux ont aussi changé beaucoup changé de choses dans vos vies ?

Belle semaine à vous.

Publié dans Humeurs

Partager cet article

Repost 0

Etre ronde et (heureuse) en couple avec un homme mince

Publié le par Elegna

Ce n’est un secret pour personne, je suis plutôt ronde. Par contre, ce que les gens qui ne me connaissent pas personnellement ignorent, c’est que mon compagnon lui, est plutôt mince.

 

Naturellement, ça ne nous a jamais posé de problème. On s’est connu comme ça, on s’est aimé comme ça. Quand un jour il m’a annoncé son poids j’ai compris que je pesais plus lourd que lui. C’était la première fois que ça m’arrivait, et j’ai mis cette idée dans un coin de ma tête. Je n’en ai pas fait un drame.

 

Autour de moi je ne connais pas de couple où l’homme est plus menu que la femme. Les femmes rondes de mon entourage sont également avec des hommes ronds. Pourquoi, comment, je ne sais pas. Le principal est bien qu’ils s’aiment.

 

A vrai dire, je ne me suis pas penchée de moi-même sur cette question. Je n’étais pas non plus obsédée par l’idée que physiquement on était pas parfaitement « raccord ». Il est gentil et me traite bien, c’est tout ce qui compte à mes yeux.

Mais petit à petit on a commencé à me dire des petites choses, par-ci par-là. J’ai bien conscience que ce n’est pas dit méchamment, mais à la longue, ça ne fait plaisir ni à lui, ni à moi.

Etre ronde et (heureuse) en couple avec un homme mince

Ça a commencé à une soirée, ça devait faire un peu plus d’un an qu’on était ensemble. Je dis à quelqu’un « Mon copain est là-bas » et désigné un groupe en le montrant du doigt. La personne me dit « Lui ? » « Non ». « Lui ? » « Non ». « Lui alors ? » « Non, le mec au milieu, avec le tatouage ». « Ah bonnnnn. Mais je t’imaginais avec quelqu’un de beaucoup plus costaud ! ».

Notons au passage que bien qu’il soit mince, mon compagnon mesure 1m80.

 

Du coup je demande des précisions, et la personne de m’expliquer qu’elle me voyait avec quelqu’un de plus grand, de plus baraqué, de plus costaud, un mec STOKOS quoi. Drôle, car en vrai je n’ai jamais fréquenté de mec vraiment stokos.

 

Je ne le dis pas à Chéri, me disant qu’il peut se passer de cette information. Mais on me l’a répété plusieurs fois, « qu’on ne s’imaginait pas du tout que tu sois avec un mec comme ça » et un jour je lui en ai parlé. Il était étonné que les gens aient pu me dire de telles choses, et m’a dit « Comment ça se passe ? Les minces devraient être avec des minces, les gros avec les gros, les petits avec les petits ? Leur vision de l’amour est triste ».

Je me suis alors rappelé que plus jeune j’étais toujours étonnée quand je voyais un couple dans lequel l’homme était plus petit que la femme. Je n’ai cependant jamais formulé aucune observation à ce sujet à ces couples. Mais en fait je me suis dit qu’on devait faire le même effet que ces couples me faisaient à l’époque. Un couple un peu atypique et mal assorti. Enfin, aux yeux de certaines personnes.

Etre ronde et (heureuse) en couple avec un homme mince

Un jour on m’a demandé si mes kilos en trop ne gênaient pas mon copain et s’il ne m’avait jamais demandé de mincir. Je suis certaine qu’on ne me l’aurait jamais demandé s’il avait lui-même été rond. Et la réponse est non. Il ne m’a jamais rien dit à ce sujet.

On m’a également dit que c’était bien d’avoir quelqu’un qui m’aime réellement et qui m’accepte comme je suis. MAIS ENCORE HEUREUX ! Devrait-on lui dresser un monument pour ça ? Devrais-je tous les matins le remercier d’accepter de vivre avec une petite dodue ? La blague. Lui il ne me remercie pas de l’accepter avec sa perte de cheveux de trentenaire.

 

Certaines personnes pensent donc qu’il me fait une fleur d’être avec moi, et que j’ai bien de la chance. Naturellement, j’en ai de la chance d’être avec lui, mais pas parce qu’il accepte mes petits bourrelets. J’ai de la chance tout simplement parce que c’est lui.

 

Aujourd’hui je préfère rire de ces remarques faussement bienveillantes. Ou du fait que le serveur me mette toujours le coca rouge devant le nez, et l’eau gazeuse à Chéri. (« Non, c’est l’inverse, merci »).

Je n’épargne cependant pas les auteurs de ces sorties à la limite de la condescendance, et la répartie reste la meilleure des armes. J’aimerais simplement qu’ils comprennent que l’amour n’est pas seulement une histoire de personnes qui se ressemblent et / ou se correspondent physiquement, et qu’un mince ne fait pas l’aumône à une ronde lorsqu’il est avec. Non.

 

L’amour c’est bien plus que cela…

Publié dans Humeurs

Partager cet article

Repost 0

A toutes ces vies brisées... Et à ceux qui veulent en savoir toujours plus.

Publié le par Elegna

L'an dernier, après l'attentat du 13 novembre, je n'avais plus posté pendant de longues semaines. J'étais comme paralysé, je n'avais plus trop l'envie de grand chose. Paris était devenu triste, et si je dois m'y rendre tous les jours pour le travail, je ne voulais pas trop y rester. Je ne voulais même plus sortir au restaurant. Comble pour moi qui adore diner avec mes amis.
Alors jeudi, devant cette nouvelle tragédie qui s'est jouée à Nice, j'étais une fois de plus sans voix. Bien sûr, je le suis également pour les attentats qui ne sont pas commis sur le sol français. Toutefois, le traitement de l'information n'est pas la même. Parce que oui, ce qui me choque, au-delà de l'horreur, c'est le comportement des journalistes.
 
Je me suis exprimée à ce sujet sur mon profil personnel Facebook, mais je tiens également à en parler ici. Parce que même si nos vies doivent reprendre leur cours, je n'oublie pas l'horreur. Et parce que j'aimerais sincèrement que si de tels drames venaient à arriver de nouveau, les journalistes traitement différemment l'information.
 
Voici donc mon petit mesage, qui me tient à coeur
 
Quarante-huit heures après l’attentat qui a touché Nice jeudi soir, je pense aux victimes. Pour l’heure je me préoccupe moins de savoir si cet attentat est l’œuvre d’un homme sous la coupe de l’Etat Islamique ou d’un homme désespéré en train de divorcer qui commet l’irréparable, que de savoir comment vont être suivies les victimes. Car dans tous les cas, ce que l’on sait déjà, c’est que c’est l’œuvre d’un fou.
Mais aujourd’hui pensons aux victimes, à leur famille et à leurs proches. Après chaque attentat je suis consternée par les images qui sont diffusées par les télés, sur internet, et les images qui paraissent dans la presse écrite. Et le pire, c’est qu’on semble assister à une escalade, les journalistes ayant visiblement envie d’aller toujours plus loin dans les images chocs et les interviews sidérantes. Oui, elles sont sidérantes (et écœurantes), tout simplement parce qu’ils questionnent des personnes en état de sidération totale. Ils sont perdus, déboussolés, n’ont même pas le temps d’assimiler le décès de leur enfant(s), femme, époux, père, mère, ami(e)(s), qu’on leur met un micro sous le nez. Mais que voulez-vous qu’ils disent ? Que voulez-vous qu’ils ressentent ? Les journalistes sont-ils à ce point en manque d’empathie ?
Ils devraient comprendre qu’ils donnent une bien triste image de leur profession, et qu’ils saccagent le travail de leurs collègues intègres qui se battent réellement pour délivrer de vraies informations.
Par ailleurs, j’invite toutes les personnes qui voient des vidéos postées par des « particuliers » montrant des corps (comme j’ai pu voir sur Facebook), ou des personnes ensanglantées à les signaler. J’ai parfois l’impression que certaines personnes oublient que ce n’est ni un film, ni un jeu. Ces gens sont bel et bien morts. Respectons-les, et respectons leur famille. Le voyeurisme poussé à ce point est écœurant, et n’apportera rien à personne. J’insiste d’autant plus que de très jeunes adolescents sont sur les réseaux sociaux, et ça me navre de savoir des jeunes exposés à tant de violences.
Et la question se pose : à trop diffuser ce type d’image, cela ne crée-t-il pas une banalisation de l’horreur ?
A méditer…
A toutes ces vies brisées... Et à ceux qui veulent en savoir toujours plus.

Publié dans Humeurs

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi mes kilos en trop ne m'empêcheront pas de me mettre en maillot

Publié le par Elegna

Ça y est, on est mi-juillet. Certaines d’entre nous sont déjà en vacances, pour d’autres ça ne va pas tarder à arriver. Personnellement je dois encore travailler quelques semaines avant de pouvoir me rendre à la plage.
Mais j’attends vraiment ce moment avec impatience. J’ai déjà eu la chance de partir en mai sur l’Ile de Fuerteventura aux Canaries, mais j’avoue que la perspective de pouvoir retourner une seconde fois à la mer (ou océan) cette année m’enchante.
Fuerteventura - Grandes Playas

Fuerteventura - Grandes Playas

Je sais que pour certaines cette étape est difficile à franchir, quel que soit notre corps et notre poids d’ailleurs. Les complexes ne sont malheureusement pas réservés aux rondes.
Toutefois, j’ai lu pas mal de choses horribles ces derniers temps sur les rondes qui « osaient » aller à la plage. Je passe pas mal de temps dans les transports en communs pour me rendre au bureau, et du coup il m’arrive d’aller lire les commentaires sur les diverses publications que je vois passer sur facebook.
Et je n’ai pas été déçue du voyage, c’est le cas de le dire. J’ai lu que « au-delà de la taille 40 aucune femme ne devrait se mettre en maillot de bain ». Mais aussi que certains « n’ont pas envie de voir des grosses à la plage ». Je vous en passe et des meilleures... Bon franchement, heureusement que je lis ces commentaires avec beaucoup de recul, parce que sinon il y a de quoi déprimer. Et je pense d’ailleurs que ce genre de propos peut toucher des personnes pas très à l’aise avec leur corps et les empêcher de passer le cap et de profiter à fond de leurs vacances.
Tant pis si ma vue en importune certain(e)s, moi je m'amuse bien

Tant pis si ma vue en importune certain(e)s, moi je m'amuse bien

Alors voilà, je ne suis pas une bloggeuse connue, pas une body positive hyper active, mais je voulais vous le dire : profitez de vos vacances sans faire attention au regard des autres. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais en même temps, il serait trop dommage de gâcher ces bons moments parce que notre corps n’est pas à l’image de ce que la société voudrait qu’il soit.
Je sais, partout où vous avez pu aller ces derniers temps, vous avez vu des magazines ventant des régimes à faire avant l’été. Personnellement quand je les vois je ris intérieurement : perdre 5 kg ne serait clairement pas suffisant pour rentrer dans du 38 ! 
Oui, à 28 ans je m'amuse toujours à balancer de l'eau partout lorsque je me baigne. On reste de grands enfants.

Oui, à 28 ans je m'amuse toujours à balancer de l'eau partout lorsque je me baigne. On reste de grands enfants.

On nous a aussi parlé et reparlé du « Bikini Body », et de toutes les techniques pour parvenir à le préparer. C’est drôle d’ailleurs, cette pression qu’on nous met sans cesse à l’arrivée des vacances. On nous conseille plus de régimes que des bonnes crèmes solaires pour protéger du soleil (c’est-à-dire des crèmes solaires non bourrées de produits néfastes pour notre santé), ou justement des conseils en cas de brulure.
Non, le Bikini Body c’est bien plus important. Ou déprimant. Et puis un jour, je suis tombée tombe sur cette image sur instagram :
Pourquoi mes kilos en trop ne m'empêcheront pas de me mettre en maillot
Et oui, c’est bien ça le principal. Nous, un maillot de bain, et la plage. Le reste, on s’en fou. Ou on essaye de s’en foutre. Des fois, je vois des femmes en short et tee-shirt sur la plage, sûrement pas assez à l’aise avec leurs corps pour se mettre en maillot. J’ai tendance à penser qu’on va plus les regarder que si elles étaient en maillots, simplement parce que leur tenue n’est pas celle à laquelle on s’attend au bord de la mer ou d’une piscine.
Alors il faut mieux se faire à cette idée : on sera toujours la grosse de quelqu’un. Autant l’accepter, il y aura toujours des femmes plus minces que nous autour de nous. Et après ? Plus mince signifie-t-il plus beau ? Plus heureux ? Etes-vous sure que les femmes plus minces se sentent forcément mieux que vous dans leur peau ? N’ont-elles pas elles aussi envie de mincir encore plus pour ressembler aux mannequins ? C’est un cercle sans fin. Essayons de nous accepter au moins un peu, pour profiter de ces vacances tant méritées.
Bien sûr, même si on accepte notre corps, il est normal de vouloir nous mettre le plus en valeur possible. Par exemple moi, je n’aime pas trop mon « petit » ventre mou. Malgré le fait que je me sois remise au sport depuis un an, je n’ai pas réussi à remuscler cette partie de mon corps. Alors je choisis des formes de maillots adaptées à ce que je veux cacher : des culottes montantes et des tankini (deux pièces qui cache le ventre). L’année prochaine j’essayerai surement également de trouver de beaux maillots de bain une pièce.
Il existe donc quelques astuces pour nous aider à nous sentir bien à la plage si l’on n’assume pas tout à 100% (dont le très traditionnel et classique paréo). Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à accessoiriser vos tenues de plages si cela vous permet d’être plus à l’aise et de vous promener plus facilement le long de la plage.
Pourquoi mes kilos en trop ne m'empêcheront pas de me mettre en maillot
Je vous souhaite donc à toutes (et à tous, si jamais un homme se balade par ici) de belles et rafraichissantes vacances d'été 2016.
Et surtout, n'oubliez pas: quelle que soit votre taille, vos vergetures, votre propension à développer de la cellulite, profitez de vos vacances, de la plage, de l'océan, de la psicine, et essayez d'aimer ce corps qui vous permet de passer de si bon moments.

Publié dans Humeurs, Mode & Looks

Partager cet article

Repost 0

Les Femmes et le Foot

Publié le par Elegna

Comme vous le savez très certainement, l’Euro de Foot commence dans deux jours seulement. Eh oui, ce vendredi 10 juin commence ENFIN l’Euro 2016. Alors, que vous soyez fan de foot ou non, je me suis dit que le moment était plutôt bien choisi pour vous parler de quelque chose qui me trottait en tête depuis plusieurs mois déjà : les femmes et le foot.
On est d’accord, on est ici sur un blog beauté, avec un petit côté mode, et pas du tout sport, healthy et tout le toutim. Mais seulement moi, j’adooooooore le foot. Oui. Je suis tout à la fois une folle de maquillage, de robes et de foot. Ceci n’est pas incompatible.
Je ne suis pas d'origine anglaise, et ne soutiens pas particulièrement cette équipe. Mais la couleur est top non? ;)

Je ne suis pas d'origine anglaise, et ne soutiens pas particulièrement cette équipe. Mais la couleur est top non? ;)

Cassons le cliché des footballeuses garçons manqués, ou des filles qui ne savent pas quoi faire si un ballon leur arrive dans les pieds. Comme j’aimais ce sport depuis bien longtemps (depuis la Coupe du Monde 1998, à vrai dire) et que j’avais envie de reprendre une activité sportive , l’an dernier en septembre j’ai décidé de faire un entrainement test. Et après ce test, de continuer. A 28 ans j’avais enfin sauté le pas et fait un sport qui me faisait envie depuis des années. Pour tout vous dire, je ne fais pas du « Foot à Onze » comme vous voyez à la télé, mais du Futsal. Comme son nom l’indique, c’est du foot en salle (eheh), et on est que cinq sur le terrain. Pour vous donner une idée, celui-ci est approximativement de la taille d’un terrain de handball.
Au début c’était dur, physiquement. Quatre ans que je n’avais pas fait de sport (hormis de la danse par-ci par-là, mais rien de très suivi). Certaines filles faisaient du foot depuis longtemps, et j’avais honte de ne pas m’en sortir aussi bien qu’elles. Mais j’ai pas lâché, rien lâché. Par chance je suis tombée dans une équipe où toutes les filles sont sympas, et où la moyenne d’âge est encore plus élevée que le mien. Du coup, petit à petit je souffrais moins de courir dans tous les sens (parce que mon poste était ailière), bien qu’à la fin des entrainements je sois toujours aussi rouge qu’un Babibel.
Jamais de match sans mes protèges-tibias

Jamais de match sans mes protèges-tibias

Mais ce qui était bizarre aussi, c’était la réaction des gens quand je leur disais que je pratiquais ce sport. On m’a demandé si j’y allais maquillée, s’il n’y avait pas que des bonhommes sur les terrains (alors, pour répondre à cette question fort répandue, voyons tout de suite : il y a tous genres de femmes qui font du foot. Et c’est tant mieux, personnellement j’aime la diversité). Mais aussi, on ne m’a pas cru (j’ai dû demander à mon cher et tendre d’en attester pour moi), on s’est moqué de moi, et on a demandé très sincèrement à mon petit chéri - qui avait donc juré avoir assisté à des matchs : « Mais ça joue comment des meufs ? Ça tape bien la balle ou ça la caresse ? ».
Eh oui. Une avalanche de commentaires sexistes (et pour info non, je n’y vais pas maquillée, parce que je transpire tant - hmmm glamour - que je ressemblerais rapidement à un panda sous ecstasy), d’étonnement (la petite rondouillette peut jouer au foot ?), et de consternation : on peut donc être féminine et jouer au foot. Mais j’y ai toujours répondu de manière positive, et je continuerai à le faire d’ailleurs, car c’est important de faire connaitre cette pratique au plus grand nombre, et pourquoi pas d’encourager les vocations.
Comme le rayon Femme n'existe pas au Futsal, je dois me chausser au rayon Enfant (je chausse du 37)

Comme le rayon Femme n'existe pas au Futsal, je dois me chausser au rayon Enfant (je chausse du 37)

Je suis en tout cas très contente d’avoir réussi à passer le cap et d’avoir enfin pu faire ce sport qui, je le sais, souffre souvent d’une image négative auprès des gens. Il y a encore peu de clubs féminins, mais si vous aussi ça vous fait envie, quel que soit votre âge vous devriez tenter l’expérience, au moins pour un entrainement test. C’est dommage que l’on assimile toujours ce sport aux hommes, parce que les femmes peuvent y jouer tout aussi bien, et apprécier tout autant le ballon rond.
Je sais que souvent, après les grands évènements sportifs, et a fortiori lorsque les résultats de la France sont bons, il y a un engouement pour ce sport à la rentrée qui suit. Alors Mesdames, ne ratez pas votre tour, et si jamais vous avez des filles qui veulent en faire, c’est top aussi. La jeune génération a au moins cette chance : des sports dits « masculins » sont enfin accessibles aux femmes, et vice versa.
Naturellement, Bambina soutient également la Squadra Azzura

Naturellement, Bambina soutient également la Squadra Azzura

***
 
Je suis maintenant impatiente que l’Euro 2016 commence, et vous pouvez être sûres que vendredi soir, à 21h00, je serai devant le match d’ouverture France-Roumanie.
Belle soirée à vous toutes.
Les Femmes et le Foot

Publié dans Humeurs

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>